Un étudiant togolais se forme à l’ophtalmologie au lycée Valery-Larbaud

Le 06/11/2015

Depuis un mois, le lycée cussétois Valery-Larbaud et sa section optique accueillent un étudiant un peu particulier : Komlanvi Akpogo âgé de 29 ans, est originaire de Kouvé, la ville togolaise jumelle de Cusset.

Après une formation accélérée de trois mois, Komlavi Akpogo pourra retourner seconder l’ophtalmologue de sa ville. Un projet très concret qui met en lumière le service de coopération décentralisée de Martine Moulin, développé par la ville de Cusset depuis de nombreuses années.

Formation accélérée

Un mois après son arrivée à la ville, Komlanvi s’est déjà bien intégré à la vie étudiante du lycée Valery-Larbaud : « J’ai trouvé ici beaucoup d’amis, qui ne veulent jamais que je sois seul. Des étudiants m’ont même proposé de devenir le délégué des internes, mais j’ai dû refuser car je ne reste pas assez longtemps », s’amuse le jeune homme.

Accueilli en formation accélérée de trois mois, l’étudiant togolais intègre les différents cours de la filière optique, afin d’en saisir les grandes bases. Si cette formation ne lui permettra pas d’obtenir un diplôme, une attestation confirmera qu’il peut réaliser des examens de vue. Cette technique, il la peaufine aujourd’hui chez Optique Gras à Vichy. Conseiller de l’enseignement technique en Auvergne pour l’optique, Dominique Gras transmet son savoir-faire à son stagiaire du bout du monde, bien conscient qu’à Kouvé, le manque d’ophtalmologue se fait cruellement sentir.

Si Cusset, via son partenariat, a entrepris depuis plusieurs années des collectes de lunettes, une professionnalisation du système était nécessaire. Jusque-là entièrement bénévole, Komlanvi, titulaire d’un bac scientifique et formé à l’économie et à la gestion, pourra faire payer ses consultations au centre de santé de Kouvé. « Le bénévolat a ses limites et nous devions appuyer un développement plus professionnel de l’opération lunettes », explique Hervé Duboscq, adjoint notamment à la coopération décentralisée.

Une note d’avenir

Financé par l’ambassade de France au Togo, le voyage de Komlanvi Akpogo n’a rien coûté à la ville, hormis un peu d’argent de poche pour le quotidien. Sa formation, son hébergement et sa nourriture en semaine, sont entièrement pris en charge par le lycée Valery-Larbaud, qui y a vu une ouverture et un échange porteur pour ses étudiants.

« Je ne suis pas le premier d’une immigration de Togolais à Cusset, , confie avec recul le jeune togolais. Ma première volonté est de rentrer chez moi à Kouvé, pour transmettre mes connaissances au service de la population. À mon retour, je rappelai aussi que la France n’est pas qu’un eldorado, nous devons contribuer aux richesses de notre pays et je ne peux que souhaiter que de tels échanges continuent entre nos deux villes. »

Aujourd’hui, sans jugement et les yeux grands ouverts, il savoure chacune de ses rencontres, étonné de voir les jeunes autant fumer au lycée, les constructions cussétoises et un vivre ensemble moins développé que chez lui. Sans se départir de son sourire rieur, Komlanvi a conquis ceux qui le côtoient. Dans deux mois, il ramènera un bout de la ville dans ses valises et une belle note d’avenir pour Kouvé.

 

Source : Journal La Montagne du 05 novembre 2015.

Pendant ses week-end Komlanvi visite l’Allier, de la carrière des Malavaux à la Montagne bourbonnaise et jusqu’à Lyon qu’il a découvert il y a quelques jours.

Pendant ses week-end Komlanvi visite l’Allier, de la carrière des Malavaux à la Montagne bourbonnaise et jusqu’à Lyon qu’il a découvert il y a quelques jours.

<< Retourner à l'accueil